histoire de sexe jeune sexe père

...

La france du sexe le sexe des hommes


histoire de sexe jeune sexe père

Couloir, sous la douche. Rampais vers son entre jambe. Avec un sourire il se laissa faire. Je plongeais la main sous son caleçon posant ma main sur sa queue. Tendrement je la gardais conte ma paume, puis je commençais à aller et venir. Je lui jetai un regard plein de défis et de promesse, et je posai les lèvres sur ses bourses,.

Je lapais carrément ses bourses, puis les suçotant, les aspirant tour à tour presque entièrement en bouche. Car il écarta un instant le téléphone et se mordit la lèvre alors que sa queue bander au maximum bougeait seule à cause des contractions.

Je me relevais et prit sa queue en bouche, elle était si impressionnante que je ne pus prendre que le bout. Je posa la bouche sur le gland et me mit à. Aspirer doucement, en continuant de malaxer les burnes de mon père. Tandis que de long jet me tombais au fond de la bouche, je crus défaillir. Il lâcha son emprise et je toussotais en reprenant mon souffle. Prise au dépourvu je resta un instant muette puis entrant dans le jeu je dis:.

La situation devait lui donner des idées car il glissa une de ses jambes entre les miennes et commençait à me caresser les seins avec enthousiasme:.

Cas personne qui se donnerait la peine de faire le tour! Dans le jeu je me retournais, mes gros seins pesant sur la vitre, les mains posées à plat sur le verre de la fenêtre. Culotte à mes genoux. Moi je mouillais comme une folle en pensant à ça. Il se baissa, prit mes fesses à pleine main, les écarta et se mit à me lécher la chatte. Me demanda-t-il le plus naturellement du monde. Je balbutiais quelque chose d'incompréhensible et redirigeais mon regard sur le plancher, terriblement gênée.

Personnellement, j'adore regarder de la pornographie Je le regardais avec étonnement et il termina sa phrase: Mais je préfère la réalité. Cela me frappa, d'autant plus qu'il me regardait avec envie. Je hochais négativement la tête. Mais il sembla qu'il m'ait entendue car il se leva de son fauteuil et vint s'asseoir à côté de moi. Il glissa sa main dans mon dos et, tout en le caressant, me murmura à l'oreille: À condition que cela reste entre nous.

Je le regardai dans les yeux, hésitante. Puis, j'acceptais son offre. Il sourit et me désigna la télé, où l'homme prenait une jeune fille en missionnaire, les deux jambes de sa partenaire appuyées sur ses épaules et sa bite profondément enfoncée dans sa chatte. Il me caressait maintenant les seins. Il se leva et baissa ses pantalons, découvrant une bite qui me semblait monstrueusement grosse.

Je me levai et me mit à genoux devant lui. Je pris son immense queue dans mes mains et la glissai dans ma bouche, commençant de lents va-et-vient. Il semblait apprécier, car je l'entendais grogner de contentement. Je sentais sa bite durcir dans ma bouche et j'avais du mal à l'enfoncer complètement, tant elle était longue et volumineuse.

Puis, je me levai en caressant ses fesses musclées et l'embrassai fougueusement. Il glissait ses mains partout sur mon corps et s'attarda sur ma chatte mouillée. Lentement, il y enfonça un doigt et le fit tournoyer à l'intérieur de moi.

Je commençais à être très excitée. Il sortit son doigt de mon minou et posa ses mains sur mes épaules, poussant vers le bas pour que je me couche. Je m'étendis donc sur le dos et il hissa mes jambes sur ses épaules, comme à la télé. J'appréhendais la suite, car je savais que le dépucelage était douloureux. Sans m'avertir, il posa son gland à l'entrée de mon vagin et commença à pousser. Je n'eus d'abord pas trop de douleurs mais il donna un coup sec pour s'enfoncer complètement, m'arrachant un cri perçant.

Des larmes coulaient sur mes joues pendant qu'il faisait des va-et-vient à l'intérieur de moi, de plus en plus rapides.

Progressivement, la douleur fit place à l'excitation et mes pleurs devirent des gémissements de plaisir. Charles, tout en me baisant sauvagement, regardait l'émission porno avec une attention qui me rendit presque jalouse. Quand la jeune fille se mit à quatre pattes et que l'homme la prit par derrière, il m'empoigna par le bassin et me retourna brusquement.

Il me prit en levrette et c'est en voyant la télé que je comprit qu'il voulait reproduire la mise en scène. Cela m'excita d'avantage et je commençais à pousser de petits cris saccadés au rythme de ses va-et-vient exagérément rapides et puissants.

Ses couilles frappaient violemment mon entrecuisse que je sentais rougi par les coups. J'étais hors de moi, je hurlais désormais et je haletais bruyamment. Tout à coup, il se retira de ma chatte alors que je sentais un premier orgasme venir en moi. Déçue, je compris alors son geste quand je vis à l'écran que l'homme était sur le point de sodomiser la jeune fille!

Paniquée, je tentais de me lever en protestant mais il me retint de ses bras forts. L'idée d'avoir cette énorme queue gonflée de sang et de sperme à l'intérieur de mon petit trou me terrorisait. Pourtant, quand je vis à la télé le visage excité de la fille tandis que son partenaire la prenait dans le cul, je voulus savoir ce qu'elle ressentait.

Résignée, je me soumise donc à Charles, qui sembla surpris, mais satisfait. Il enfonça d'abord un doigt dans mon anus, puis deux. Je n'avais pas trop mal, mais ça chauffait légèrement. Il tendit ensuite sa bite et je retins mon souffle tandis qu'il l'appuyait sur ma rondelle. Me prenant par les hanches, il poussa et réussit à pénétrer mon anus de quelques millimètres, m'arrachant alors le cri le plus puissant que je n'avais jamais poussé.

La douleur me traversa tout le corps dans une décharge monstrueuse. Je hurlais et pleurais tandis que mon beau-père me pénétrait de plus en plus profondément. Au bout de quelques minutes, je sentis ses couilles contre ma chatte. Il était complètement entré dans mon cul le salaud! Malgré la durée et la lenteur du processus, j'avais toujours intensément mal et je ne voulais qu'une chose:

.

Pour les vacances de Pâques, ma femme est partie avec les plus jeunes dans notre maison en Bretagne, avec sa soeur et ses trois neveux, nous laissant, Camille et moi, seuls à Paris pour deux semaines.

Un mardi soir, après le travail, je suis rentré chez moi assez tard, vers 21 heures. Ça ne vous embête pas si je fais une petite pause avec vous? Elle portait un short court et blanc, et un T-shirt échancré qui ne cachait pas grand-chose de son décolleté. Ses pieds nus effleuraient sans le vouloir ma cuisse. Sophie se montrait très bavarde, normal avec toute la pression des examens.

Au contraire, elle me fixait maintenant avec un petit air amusé. Elle ne portait même pas de soutien-gorge. Elle a même fourré sa langue dans mon conduit auditif , ce qui a fait bondir mon pénis dans son caleçon. De toute façon, la petite peste avait déjà passé la main dans mon caleçon pour tâter la fermeté de mon bâton. Je veux que vous me baisiez. Son odeur était assez prononcée, tout comme son jus que je goûtais à travers le string.

Tout à coup, on a entendu du bruit en haut. Ma queue avait trouvé son fourreau, chaud, confortable. Dans la lumière projetée par la télévision, je vois mon père en robe de chambre et je pense distinguer son érection à travers. Arrivé à mon niveau, il ouvre sa robe de chambre et appuis sur mon épaule en me disant calmement:.

Sans réfléchir, je me met à genoux sur le parquet, aidé par la pression toujours croissante de la main de mon père sur mon épaule. Il rapproche son sexe de mon visage. Je le prends en bouche. Son sexe est chaud et dur et le gland est déjà un peu humide. Je suce, lèche et embrasse son gland. Quand je lèche son urètre, je sens le gout de son liquide séminal sur ma langue. Je prends donc son sexe presque entièrement dans ma bouche et je commence à la sucer sur toute sa longueur.

Puis, il met ses mains derrière ma tête, enfonce son sexe entièrement dans ma bouche et se met à faire des va et viens, doucement, comme pour une pénétration. Son sexe est tout mouillé. Il retire ses mains de derrière ma tête pour relâcher la pression:. Il remet ses mains et rentre son sexe dans ma bouche. Cette fois, les va et viens sont plus fort. La salive coule sur mon menton. Il laisse son sexe au fond de ma gorge sans bouger, puis recommence ses va et viens.

Il se retire et une nouvelle fois, et enlève de nouveau ses mains. Après quelques longueur sur son sexe trempé.

Nous entendons du bruit dans la chambre de mes parents. Mon père retire immédiatement son sexe de ma bouche, referme sa robe de chambre et fonce dans le salon où il change de chaîne. Quand à moi, un peu sonné, je remonte mon escalier discrètement et referme ma porte. Je fonce dans mon lit. Je ne fais aucun bruit. Et si mon père monte me rejoindre? Je sens encore le gout du liquide séminal dans ma bouche. Je sens encore le gout de son gland, de son sexe.

Je me retrouve avec du sperme sur les mains et sur le ventre, jusque dans le cou. Je suis allongé dans mon lit avec mon sperme entrain de sécher sur moi.





Blog sexe gratuit photo sexe en erection

  • Anal sex Série sexe
  • Recevoir le sexe accro au sexe
  • SEXE POSITION LE SEXE AU JAPON





Sex sex xxx mrs sexe


A force de se promener en petite culotte et soutien gorge comme seuls vêtements dans la maison, ce qui devais arriver arriva. Jessica veux se relever , mais la main puissante de son père la maintient fermement , il lui baisse la culotte pour mieux la fesser. Les fesses sont marquées de rouge violet, les doigts sont marqués sur les fesses charnus de sa fille. Marcel juge que la fessée a assez durée,il cesse de frapper. Elle baisse la tete mais ne répond pas, il fait glisser sa main entre les cuisses de sa fille effectivement elle est trempée.

Jessica devient rouge de honte, son père lui insère un doigt dans le conduit vaginal et fouille doucement. Jessica honteuse ne dit mot elle détourne son regard, de celui de son père ,il commence a lui caresser les seins longuement les seins gonflent sous ses doigts agiles. Il se penche et gobe un mamelon, Jessica sursaute, il le tète goulûment comme si il voulait en extraire du lait. La bite et tendue au maximum, Marcel place son engin contre la chatte étroite de sa fille et pousse doucement.

Il entreprend un lent va et vient, la bite épaisse coulisse dans le vagin lubrifier naturellement par la cyprine. Jessica commence a couiner de plaisir, son père augmente le rythme, elle grogne de plus en plus fort. Elle se cramponne a son père qui redouble ses assauts, elle se crispe et jouit a nouveau en grognant. Il la bourre rageusement, soudain il se cabre et envoie dans les entrailles de sa fille son sperme brûlant.

Elle porte tort a personne de baiser avec son père je voi pas ou est le mal quand les deux son ok. Récits érotiques et histoires intimes. Soumise, je ne peux opposer aucune résistance. Il se retire délicatement et me fait sucer son mandrin qui éjacule dans ma bouche. Un autre jour, alors que baiser est devenu pour nous une habitude, mon père entre dans ma chambre avec Alexandre, mon cousin.

Alexandre est un superbe brun musclé, bien monté. Mon père vicieux, prend un gode. Mon père enfonce le gode réaliste le plus long et le plus large de sa collection dans ma chatte trempée. Je découvre la double pénétration.

Alexandre me pelote les seins, tandis que mon père me lèche mon clitoris. Alexandre éjacule en moi. Je jouis à nouveau. Pantelante, je suis baignée par Alexandre, dans un bain torride, mêlant caresses, baisers et léchages. Tu aimes le sexe. Ce sont mes deux amants qui me le disent.

Ils ont entre dix-huit et vingt ans. Brice se met à bander. Son mandrin durci dans ma bouche. Après quelques va-et-vient en cadence avec ceux que reçoit Brice par Charles, je sens son sperme inondé mon anus.

Charles me caresse les seins et la chatte, le clitoris. Tu ondules bien sur ma queue. Ses masturbations me font serrer les muscles fessiers, pour une sodomie plus intense. Il ne faut pas longtemps pour Brice et Charles éjaculent. Je me douche en leur compagnie, pour un lavement anal. Une fois propre, je rejoins Emmanuelle et Fleur, en plein Je suis prise en double pénétration par Emmanuelle et Fleur.

Je dors nue en leurs compagnies. Confessions érotiques Media Les Érotiques d'Esparbec Media Charles, tout en me baisant sauvagement, regardait l'émission porno avec une attention qui me rendit presque jalouse. Quand la jeune fille se mit à quatre pattes et que l'homme la prit par derrière, il m'empoigna par le bassin et me retourna brusquement.

Il me prit en levrette et c'est en voyant la télé que je comprit qu'il voulait reproduire la mise en scène. Cela m'excita d'avantage et je commençais à pousser de petits cris saccadés au rythme de ses va-et-vient exagérément rapides et puissants.

Ses couilles frappaient violemment mon entrecuisse que je sentais rougi par les coups. J'étais hors de moi, je hurlais désormais et je haletais bruyamment. Tout à coup, il se retira de ma chatte alors que je sentais un premier orgasme venir en moi. Déçue, je compris alors son geste quand je vis à l'écran que l'homme était sur le point de sodomiser la jeune fille! Paniquée, je tentais de me lever en protestant mais il me retint de ses bras forts.

L'idée d'avoir cette énorme queue gonflée de sang et de sperme à l'intérieur de mon petit trou me terrorisait. Pourtant, quand je vis à la télé le visage excité de la fille tandis que son partenaire la prenait dans le cul, je voulus savoir ce qu'elle ressentait.

Résignée, je me soumise donc à Charles, qui sembla surpris, mais satisfait. Il enfonça d'abord un doigt dans mon anus, puis deux. Je n'avais pas trop mal, mais ça chauffait légèrement. Il tendit ensuite sa bite et je retins mon souffle tandis qu'il l'appuyait sur ma rondelle. Me prenant par les hanches, il poussa et réussit à pénétrer mon anus de quelques millimètres, m'arrachant alors le cri le plus puissant que je n'avais jamais poussé. La douleur me traversa tout le corps dans une décharge monstrueuse.

Je hurlais et pleurais tandis que mon beau-père me pénétrait de plus en plus profondément. Au bout de quelques minutes, je sentis ses couilles contre ma chatte. Il était complètement entré dans mon cul le salaud! Malgré la durée et la lenteur du processus, j'avais toujours intensément mal et je ne voulais qu'une chose: Je pleurais toujours et le suppliais d'arrêter, mais il tenta plutôt de me rassurer.

Malgré la douleur aigue que je ressentais toujours, je me laissais bercer par sa voix rassurante et acceptais de le laisser faire. Il commença à onduler son bassin et je sentis sa queue bouger en moi. Il la coulissa lentement dans mon anus et, voyant que je ne me plaignais pas, entreprit d'accélérer la cadence. J'avais de moins en moins mal et je me surpris même à gémir de plaisir alors qu'il allait et venais dans mon cul de plus en plus vite. Ses couilles recommencèrent à heurter mon entrejambes.

Il gémissait, lui aussi, en murmurant des bribes de phrases que j'avais du mal à comprendre. T'es bonne, j'aime ça Puis, ses gémissements s'accentuèrent, se transformant en cris. Il allait encore plus vite, serrant les dents et s'agrippant de plus en plus fort à mes hanches. Je n'en pouvais plus, un orgasme montait de nouveau en moi, et je compris que lui aussi. Je vais tout décharger dans ton beau p'tit cul! Hurla-t-il en me défonçant comme un possédé.

histoire de sexe jeune sexe père