le sexe Latines histoire de sexe

Elle avait de magnifiques jambes longues et fines auxquelles, même moi, une habituée de la gente masculine avait de la difficulté à résister. Cette femme par contre était vraiment très attirante. Sans doute avait-elle senti que je la regardais, la jeune femme se mit à me regarder à son tour. Presque provocatrice, elle me sourit.

Je sentis son corps contre le mien. Ses mains devinrent promeneuses. Je les sentais sur mes hanches puis le long de mes fesses, avant de remonter le long de mon ventre. Ainsi, elle voulait jouer? Je glissai mes mains sur ses épaules, puis le long de son dos, touchant sans la moindre gêne ses jolies fesses rebondies. Sa main droite vint tâter mon sein sans la moindre gêne. Sans un mot, je la suivis. Elle me tenait par la main. Nos langues vinrent à nouveau se nouer. Mes mains devinrent encore plus provocatrices que dans le club.

Je sentis sa bouche quitter la mienne pour descendre le long de mon cou pendant que ses mains prenaient possession de ma poitrine.

Elle descendit le haut de ma robe pour laisser apparaître mes deux gros seins. Elle se mit à les masser rapidement avec ses mains chaude et douce. Sa bouche quitta mon cou pour venir lécher mes seins sans timidité. Elle les léchait avec avidité en gémissant lascivement. Je la repoussai pour prendre le dessus. Ma main se glissa sous sa robe et vint effleurer son string de dentelle que je frottai avec mon pouce, appuyant particulièrement où se trouvait son clitoris.

Elle était aussi humide que moi. Je quittai un instant son clitoris pour remonter sa robe et lui enlever. Elle portait un soutien-gorge et un string tout en dentelle rose et noire. Elle vint à nouveau se coller tout contre moi. Sa peau frottait sur la mienne pendant que nous nous embrassions avec ma passion. Nos seins venaient se caresser les uns contre les autres. Je lui arrachai son soutien-gorge pour pouvoir moi aussi lécher ses deux gros seins.

Je goûtais à sa peau délicate, à ses mamelons chauds. Elle goûtait tellement bonne. La soirée s'est très bien passée finalement, j'ai pris beaucoup de plaisir à apprendre à la connaître, et me suis réjouie d'entamer des bons rapports de voisinage avec elle. Quelque temps plus tard, c'était un dimanche en fin d'après-midi, je profitais des derniers rayons de soleil sur ma terrasse, nue dans le transat, en sirotant un verre de rosé bien frais.

La sonnette de la porte a retenti, je me suis mise un paréo puis suis allée ouvrir. Elle m'a demandé si je pouvais lui prêter un peu de sucre, en effet ils avaient pour tradition de préparer un gâteau aux pommes avant que son mari ne parte en déplacement professionnel pour la semaine, ce qui lui arrivait relativement souvent m'a-t-elle fait comprendre.

Je l'ai invitée à entrer chez moi, puis nous sommes allées dans la cuisine. Je lui ai remis un paquet de sucre, puis nous avons discuté un peu, avant qu'elle ne retourne chez elle pour préparer le gâteau. Le lendemain il faisait de nouveau temps superbe, comme durant toute la semaine d'ailleurs. A l'époque je terminais le travail plus tôt, ayant moins de responsabilités qu'actuellement, et je profitais de décompresser de la journée en buvant mon verre de rosé habituel, allongée nue sur mon transat.

A un moment j'ai entendu du bruit provenant de la terrasse de Susana, elle devait sûrement faire pareil que moi, alors que son mari était absent. J'ai continué à feuilleter mon magazine, puis j'ai entendu un bruit qui me semblait familier.

Tendant l'oreille je n'ai d'abord pas voulu le croire, mais c'était bien un bruit de succion, comme lorsque je me doigte. Susana se masturbait donc seule sur sa terrasse, ne sachant pas que je me trouvais à quelques mètres d'elle! Cela a duré quelques minutes, puis la cadence s'est accélérée et j'ai entendu un petit cri étouffé, signifiant l'atteinte de sa jouissance. Puis j'ai entendu qu'elle a rangé le fauteuil et est rentrée chez elle. Cette écoute m'a évidemment excitée à mon tour, et je suis rentrée me caresser dans mon lit.

Le jour d'après, mardi, le même scénario s'est reproduit. Cette fois je me suis mise à me caresser pendant qu'elle le faisait de son coté, en essayant de faire le moins de bruit possible. Encore le lendemain, mercredi soir, je me suis demandée si elle allait recommencer.

Alors que j'étais couchée dans mon transat, elle n'a pas tardé à recommencer. Cette fois je me suis dit qu'il fallait que je force le destin. Je me suis vêtue de mon paréo, puis suis allée sonner à sa porte, je voulais prétexter un manque de café et lui demander de m'en prêter un peu pour le lendemain matin. Après avoir sonné chez elle, je l'ai entendue dire "un moment", puis est venue ouvrir. J'ai tout de suite remarqué ses joues rougies, et sa respiration rapide.

Elle était habillée d'un petit short et d'un top, et je n'ai pas pu m'empêcher de la détailler de la tête aux pieds. Nous sommes allées dans sa cuisine, et en passant j'ai remarqué sur le lit de la chambre à coucher sa petite culotte et son soutien-gorge jetés sur le lit.

Je lui ai demandé: Je suis retournée chez moi, ou elle m'a rejointe tout de suite après. J'ai vu qu'elle avait remis ses sous-vêtements, le soutien gorge était visible sous son top. Pour ma part j'avais toujours mon paréo et rien en dessous. Nous sommes sorties sur la terrasse et je lui ai servi un verre de rosé. Le soleil allait encore briller pendant une demi-heure. Je lui ai dit: Toi aussi tu le fais chez toi?

Elle a rougi et a détourné son regard, je me suis demandée si elle savait que je savais Mais je te préviens, je suis nature et j'aime prendre le soleil nue, j'espère que cela ne te dérange pas? Je me suis levée pour enlever mon paréo. Je sentais la chaleur envahir mon bas-ventre alors que son regard parcourait mon corps. Elle à retiré son top et son short, me laissant admirer ses dessous.

Puis elle a retiré son soutien-gorge, dévoilant une superbe poitrine, des seins imposants et relativement fermes, avant d'enlever sa petite culotte.

Ses fesses étaient larges, avec des jolies cuisses galbées, et un petit minou très bien entretenu, elle avait une petite barre horizontale comme toison. Nous nous sommes allongées sur notre transat respectif et avons trinqué. Je ne pouvais pas enlever mon regard de sa poitine, dont les tétons pointaient. Elle m'a simplement souri, et a pris ma main. Nous sommes restées allongées, la main dans la main, sans rien dire, simplement à nous regarder dans les yeux.

Puis je lui ai dit: Je me suis approchée, une main sous son coude, l'autre main derrière sa nuque, pour approcher mon visage et déposer mes lèvres sur les siennes. Nos langues se sont trouvées alors que nos mains parcouraient nos dos, en nous collant l'une à l'autre. Ce soir je ne sais pas ce qui m'a pris, j'en avais trop envie Nous avons continué à nous embrasser, nos mains caressant nos seins et nos fesses.

...

Levrette sexe recit de sexe



le sexe Latines histoire de sexe

Il y avait beaucoup de filles ce soir-là. Je ne portai guère attention au début, mais son parfum délicat vint curieusement éveiller mes sens. Je regardai discrètement de côté. Une jeune femme, peut-être deux ou trois ans plus âgés se tenaient à côté de moi. Elle avait de magnifiques jambes longues et fines auxquelles, même moi, une habituée de la gente masculine avait de la difficulté à résister. Cette femme par contre était vraiment très attirante.

Sans doute avait-elle senti que je la regardais, la jeune femme se mit à me regarder à son tour. Presque provocatrice, elle me sourit. Je sentis son corps contre le mien. Ses mains devinrent promeneuses. Je les sentais sur mes hanches puis le long de mes fesses, avant de remonter le long de mon ventre. Ainsi, elle voulait jouer? Je glissai mes mains sur ses épaules, puis le long de son dos, touchant sans la moindre gêne ses jolies fesses rebondies.

Sa main droite vint tâter mon sein sans la moindre gêne. Sans un mot, je la suivis. Elle me tenait par la main. Nos langues vinrent à nouveau se nouer. Mes mains devinrent encore plus provocatrices que dans le club. Je sentis sa bouche quitter la mienne pour descendre le long de mon cou pendant que ses mains prenaient possession de ma poitrine.

Elle descendit le haut de ma robe pour laisser apparaître mes deux gros seins. Elle se mit à les masser rapidement avec ses mains chaude et douce. Sa bouche quitta mon cou pour venir lécher mes seins sans timidité. Elle les léchait avec avidité en gémissant lascivement. Je la repoussai pour prendre le dessus. Ma main se glissa sous sa robe et vint effleurer son string de dentelle que je frottai avec mon pouce, appuyant particulièrement où se trouvait son clitoris.

Elle était aussi humide que moi. Je quittai un instant son clitoris pour remonter sa robe et lui enlever. Elle portait un soutien-gorge et un string tout en dentelle rose et noire. Elle vint à nouveau se coller tout contre moi. Sa peau frottait sur la mienne pendant que nous nous embrassions avec ma passion. Encore le lendemain, mercredi soir, je me suis demandée si elle allait recommencer.

Alors que j'étais couchée dans mon transat, elle n'a pas tardé à recommencer. Cette fois je me suis dit qu'il fallait que je force le destin.

Je me suis vêtue de mon paréo, puis suis allée sonner à sa porte, je voulais prétexter un manque de café et lui demander de m'en prêter un peu pour le lendemain matin. Après avoir sonné chez elle, je l'ai entendue dire "un moment", puis est venue ouvrir. J'ai tout de suite remarqué ses joues rougies, et sa respiration rapide. Elle était habillée d'un petit short et d'un top, et je n'ai pas pu m'empêcher de la détailler de la tête aux pieds.

Nous sommes allées dans sa cuisine, et en passant j'ai remarqué sur le lit de la chambre à coucher sa petite culotte et son soutien-gorge jetés sur le lit.

Je lui ai demandé: Je suis retournée chez moi, ou elle m'a rejointe tout de suite après. J'ai vu qu'elle avait remis ses sous-vêtements, le soutien gorge était visible sous son top. Pour ma part j'avais toujours mon paréo et rien en dessous. Nous sommes sorties sur la terrasse et je lui ai servi un verre de rosé.

Le soleil allait encore briller pendant une demi-heure. Je lui ai dit: Toi aussi tu le fais chez toi? Elle a rougi et a détourné son regard, je me suis demandée si elle savait que je savais Mais je te préviens, je suis nature et j'aime prendre le soleil nue, j'espère que cela ne te dérange pas?

Je me suis levée pour enlever mon paréo. Je sentais la chaleur envahir mon bas-ventre alors que son regard parcourait mon corps. Elle à retiré son top et son short, me laissant admirer ses dessous. Puis elle a retiré son soutien-gorge, dévoilant une superbe poitrine, des seins imposants et relativement fermes, avant d'enlever sa petite culotte. Ses fesses étaient larges, avec des jolies cuisses galbées, et un petit minou très bien entretenu, elle avait une petite barre horizontale comme toison.

Nous nous sommes allongées sur notre transat respectif et avons trinqué. Je ne pouvais pas enlever mon regard de sa poitine, dont les tétons pointaient. Elle m'a simplement souri, et a pris ma main. Nous sommes restées allongées, la main dans la main, sans rien dire, simplement à nous regarder dans les yeux.

Puis je lui ai dit: Je me suis approchée, une main sous son coude, l'autre main derrière sa nuque, pour approcher mon visage et déposer mes lèvres sur les siennes. Nos langues se sont trouvées alors que nos mains parcouraient nos dos, en nous collant l'une à l'autre. Ce soir je ne sais pas ce qui m'a pris, j'en avais trop envie Nous avons continué à nous embrasser, nos mains caressant nos seins et nos fesses. Je l'ai faite se mettre en arrière sur le transat, et me suis accroupie devant elle, en lui écartant les jambes.

J'ai commencé à lui faire des bisous sur les genoux, pour remonter sur l'intérieur des cuisses, donnant des petits coups de langue au passage, avant d'arriver au niveau de sa chatte. J'ai fait le tour avec la langue, avant de doucement lécher son clito qui sortait d'entre ses lèvres. N'y tenant plus je l'ai pris entre mes lèvres et ai commencé à le sucer.

Elle poussait des petits gémissements en se tortillant dans le fauteuil. Mes mains ont agrippé ses seins, je sentais ses pointes bien dure entre mes doigts, pendant que ma langue alternait entre son clito et pénétrait son petit minou.

Au bout d'un moment elle a émis un petit râle, en serrant ses cuisses autour de mon visage. J'ai goûté son jus puis suis venue l'embrasser et lui faire profiter de son goût à son tour. Reprenant ses esprits elle m'a rendue la pareille, je me suis installée sur mon transat et ai écarté mes cuisses afin qu'elle s'occupe de moi.

Elle m'a léché les lèvres et mon clito, avant de mettre un doigt, puis deux, me pénétrant ainsi, d'abord lentement, puis de plus en plus rapidement.

Je n'ai pas tardé à jouir à mon tour grace à sa langue, me laissant emporter dans un merveilleux orgasme. Le soleil ayant désormais disparu derrière l'horizon je lui ai proposé d'aller dans la chambre où nos serions plus à l'aise. Nous avons refait l'amour dans mon lit, puis je lui ai suggéré de rester chez moi pour manger un morceau, avant de passer la nuit ensemble. Après avoir refait l'amour encore une fois, nous avons discuté un peu.

J'ai vu un paquet plein dans ta cuisine? Nous nous sommes endormies, puis le lendemain matin nous sommes levées tôt, avant de partir à notre travail respectif. Nous avons pris rendez-vous pour le soir pour continuer nos séances.

.




Video sexe inceste sexe amteur


Nous sommes sorties sur la terrasse et je lui ai servi un verre de rosé. Le soleil allait encore briller pendant une demi-heure.

Je lui ai dit: Toi aussi tu le fais chez toi? Elle a rougi et a détourné son regard, je me suis demandée si elle savait que je savais Mais je te préviens, je suis nature et j'aime prendre le soleil nue, j'espère que cela ne te dérange pas? Je me suis levée pour enlever mon paréo. Je sentais la chaleur envahir mon bas-ventre alors que son regard parcourait mon corps. Elle à retiré son top et son short, me laissant admirer ses dessous.

Puis elle a retiré son soutien-gorge, dévoilant une superbe poitrine, des seins imposants et relativement fermes, avant d'enlever sa petite culotte. Ses fesses étaient larges, avec des jolies cuisses galbées, et un petit minou très bien entretenu, elle avait une petite barre horizontale comme toison. Nous nous sommes allongées sur notre transat respectif et avons trinqué. Je ne pouvais pas enlever mon regard de sa poitine, dont les tétons pointaient.

Elle m'a simplement souri, et a pris ma main. Nous sommes restées allongées, la main dans la main, sans rien dire, simplement à nous regarder dans les yeux.

Puis je lui ai dit: Je me suis approchée, une main sous son coude, l'autre main derrière sa nuque, pour approcher mon visage et déposer mes lèvres sur les siennes. Nos langues se sont trouvées alors que nos mains parcouraient nos dos, en nous collant l'une à l'autre. Ce soir je ne sais pas ce qui m'a pris, j'en avais trop envie Nous avons continué à nous embrasser, nos mains caressant nos seins et nos fesses. Je l'ai faite se mettre en arrière sur le transat, et me suis accroupie devant elle, en lui écartant les jambes.

J'ai commencé à lui faire des bisous sur les genoux, pour remonter sur l'intérieur des cuisses, donnant des petits coups de langue au passage, avant d'arriver au niveau de sa chatte. J'ai fait le tour avec la langue, avant de doucement lécher son clito qui sortait d'entre ses lèvres.

N'y tenant plus je l'ai pris entre mes lèvres et ai commencé à le sucer. Elle poussait des petits gémissements en se tortillant dans le fauteuil. Mes mains ont agrippé ses seins, je sentais ses pointes bien dure entre mes doigts, pendant que ma langue alternait entre son clito et pénétrait son petit minou. Au bout d'un moment elle a émis un petit râle, en serrant ses cuisses autour de mon visage. J'ai goûté son jus puis suis venue l'embrasser et lui faire profiter de son goût à son tour.

Reprenant ses esprits elle m'a rendue la pareille, je me suis installée sur mon transat et ai écarté mes cuisses afin qu'elle s'occupe de moi. Elle m'a léché les lèvres et mon clito, avant de mettre un doigt, puis deux, me pénétrant ainsi, d'abord lentement, puis de plus en plus rapidement.

Je n'ai pas tardé à jouir à mon tour grace à sa langue, me laissant emporter dans un merveilleux orgasme. Le soleil ayant désormais disparu derrière l'horizon je lui ai proposé d'aller dans la chambre où nos serions plus à l'aise.

Nous avons refait l'amour dans mon lit, puis je lui ai suggéré de rester chez moi pour manger un morceau, avant de passer la nuit ensemble.

Le Dictionnaire du littéraire définit l'érotisme comme "la part de la littérature amoureuse qui insiste sur les plaisirs de la chair", tout en soulignant que la limite entre érotisme et pornographie reste encore et toujours nébuleuse et source de débat. La notice mentionne aussi que le concept d'obscénité joue un rôle important dans la définition des termes, bien que son attachement à la moralité rende aussi la définition plutôt subjective.

Le Dictionnaire mentionne aussi que l'érotisme et la pornographie auraient partagé le même but, soit de représenter la jouissance personnelle. Toutefois, l'érotisme se serait distingué grâce son esthétisme [ 4 ]. D'ailleurs, les éditeurs connaissent bien cette caractéristique: Charles Carrington a réédité en les Tortures et tourments des martyrs chrétiens composés en par Antonio Gallonio , Isidore Liseux a publié De la démonialité et des animaux incubes et succubes qu'écrivit en un ecclésiastique le R.

Ludovico Maria Sinistrari , etc. Faudrait-il plutôt, pour distinguer l'érotisme de la pornographie, juger le texte selon ses qualités littéraires qualité d'écriture, importance du sujet, portée du texte, etc.

Un autre critère souvent utilisé pour distinguer l'érotisme de la pornographie est la crudité ou l' obscénité des mots utilisés et des scènes représentées. Là encore, la subjectivité du lecteur peut grandement affecter la réception du texte: L'érotisme grec est empreint d'idéalisme et de passion, et inclut l'homosexualité masculine: Sappho , les deux: Depuis, chaque être humain cherche sa moitié perdue depuis l'origine de l'humanité.

Les philosophies ascétiques gréco-romaines stoïcisme , épicurisme , scepticisme , cynisme [ 7 ] cherchent à régler et à esthétiser la sexualité pour rendre compatible la tempérance et le plaisir, comme l'explique Michel Foucault dans son Histoire de la sexualité , II et III. Aristote , quant à lui, ne théorise presque pas l'amour, mais il met l'accent sur l' amitié [ 8 ] valeur également partagée par les écoles de sagesse ascétique [ 9 ]. Dans l'élégie romaine, la sexualité est à nouveau célébrée dans la littérature, mais cette fois, sans la passion céleste et l'idéalisation du sentiment amoureux de Platon.

L'érotisme latin est empreint de plaisir épicurien et de mesure. Ainsi, les poètes élégiaques Catulle , Properce , Ovide , Tibulle chantent l'amour entre personnes libres et consentantes, en dehors du cercle jaloux du mariage et de la sexualité facile représentée par la prostitution. Lucrèce condamne les excès de la passion amoureuse dévorante, et les illusions de l'amour idéal, pour ne retenir que le plaisir purement corporel et mesuré considéré comme un besoin naturel.

La variante médio-platonicienne de l'érotisme latin se laisse aller à la passion, voire au mysticisme initiatique Apulée et les Mystères isiaques.

Le langage érotique des grand e s mystiques est frappant, à la fois par sa chaste pureté et par sa violence amoureuse. Je la repoussai pour prendre le dessus. Ma main se glissa sous sa robe et vint effleurer son string de dentelle que je frottai avec mon pouce, appuyant particulièrement où se trouvait son clitoris.

Elle était aussi humide que moi. Je quittai un instant son clitoris pour remonter sa robe et lui enlever. Elle portait un soutien-gorge et un string tout en dentelle rose et noire. Elle vint à nouveau se coller tout contre moi. Sa peau frottait sur la mienne pendant que nous nous embrassions avec ma passion. Nos seins venaient se caresser les uns contre les autres.

Je lui arrachai son soutien-gorge pour pouvoir moi aussi lécher ses deux gros seins. Je goûtais à sa peau délicate, à ses mamelons chauds. Elle goûtait tellement bonne. Je glissai en même temps ma main dans son string et recommençai à jouer avec son clitoris.

Elle gémit de plaisir. Je délaissai ses seins pour lui retirer son string. Je me retrouvai face à sa vulve épilée tout doux.

Je la collai contre son vagin et dégustai. La latine haletait de plaisir. Elle goûtait à sa mouille dont le goût était imprégné dans ma bouche. Je vins très rapidement.

Nous nous embrassâmes comme de vraies chattes en chaleur.

le sexe Latines histoire de sexe